Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2017

Facebook complice de la « chasse aux impies »

Lina Sankari, Humanite.fr

facebook.pngLe réseau social accepte de supprimer les pages « blasphématoires » afin de se conformer à la législation pakistanaise et de ne pas perdre 25 à 30 millions d’utilisateurs actifs.

Pas de doute, en 2015, Marc Zuckerberg était « Charlie ». Deux ans plus tard, le patron de Facebook serait plutôt charia. À tel point que le réseau social a reçu les satisfécits du ministre de l’Intérieur pakistanais, Chaudhry Nisar Ali Khan, pour son engagement à bannir les contenus blasphématoires de ses pages. Au Pakistan, en effet, on ne touche pas au prophète.

Une loi sur le blasphème permet même de condamner à mort ou de prison à perpétuité l’outrage à l’islam, en réalité souvent utilisé dans le cadre de règlements de compte personnels, politiques – à l’encontre des progressistes-  des laïcs, des soufis ou de la minorité chrétienne. Le blasphème reste une question extrêmement sensible, et de simples accusations peuvent déclencher des lynchages. 

Toute référence à une éventuelle réforme de la loi sur le blasphème donne lieu à des sit-in de plusieurs jours voire à des assassinats. À ce titre, Mumtaz Qadri, meurtrier d’un gouverneur favorable à une réforme, avait été élevé au rang de héros par les islamistes. Actuellement, dix-sept personnes croupissent dans le couloir de la mort pour blasphème, dont la chrétienne Asia Bibi. Le texte condamne « ceux qui, par des paroles ou des écrits, des gestes ou des représentations visibles avec des insinuations directes ou indirectes, insultent le nom sacré du prophète ».

Islamabad n’a pu que se féliciter de voir Facebook rentrer dans les rangs

Qu’à cela ne tienne pour Facebook qui préfère conserver ses 25 à 30 millions d’utilisateurs pakistanais actifs plutôt que de se voir interdit dans le pays. Ainsi, le vice-président du réseau social a-t-il pris soin d’adresser un courrier au ministre de l’Intérieur afin de lui assurer qu’il prenait « très au sérieux les préoccupations soulevées par le gouvernement pakistanais ».

Islamabad n’a pu que se féliciter de voir Facebook rentrer dans les rangs. « Un grand progrès », a-t-il assuré. Pour faire montre de sa bonne volonté, l’entreprise a même donné des gages : une soixantaine de pages bloquées dont quarante-cinq ces derniers jours. En 2015, Facebook avait reçu des menaces d’un islamiste pakistanais pour avoir laissé publier du contenu lié à Mahomet. À l’époque, Marc Zuckerberg  assurait qu’il ne laisserait aucun « groupe d’extrémistes faire taire les idées et les différentes voix sur son réseau social ». Il ajoutait même : « je m’engage à construire un service où on peut parler librement sans crainte de la violence ». La preuve !

15:24 Publié dans Informations, Internet, Réseaux sociaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : facebook, internet, censure, pakistan | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |

13/08/2016

Pourquoi censurer les contenus djihadistes est bien plus difficile qu'une poitrine

fb.jpg

Pi.M. Vendredi, 12 Août, 2016 Humanite.fr

La radicalisation djihadiste sur Internet est devenue un point de cristallisation fort du débat, à tel point que des élus LR veulent assigner en justice les réseaux sociaux pour complicité. Il faut pourtant bien comprendre que si Facebook peut supprimer en un clin d’œil une photo de poitrine dénudée, le processus pour repérer un discours djihadiste n’est pas le même.

Si Facebook est (parfois) si rapide pour supprimer une poitrine ou une paire de fesses dénudées, c’est qu’un algorithme veille au grain. Le programme a intégré les caractéristiques mathématiques des parties de l’anatomie qui doivent rester cacher selon sa charte d’utilisation et se révèle relativement efficace. Même si on relève des cas de coudes ou d’aisselles opulentes injustement censurées. Cet algorithme reste une machine qui repère des formes et qu’on peut piéger facilement.

Comment appliquer cette même recette à la propagande djihadiste ? Impossible de le repérer par une caractéristique physique ou anatomique. Et si l’algorithme va chercher des mots, ou des associations de mots comme djihad, kamikaze, Syrie, Daech… Les articles de presse, les prises de parole politique, les interviews de chercheurs, les associations qui luttent pour et bien d’autres encore tomberont sous le coup de la censure aveugle et automatisée. De la même manière bien des œuvres d’art ne passent pas le filtre anti-nudité bête et méchant des réseaux sociaux. Et puis il suffit d’ajouter une faute d’orthographe intentionnelle pour rendre ces détections par mots inopérantes.

Idem pour les images ou les vidéos de propagande -ou même d’exécution- diffusées en masse. Une machine ne peut pas faire simplement la différence avec la bande annonce du dernier blockbuster guerrier américain.
Pour l’instant seule l’intervention humaine, suite au signalement des internautes vigilants ou des autorités est fiable. Et puis cela a créé des centaines d’emplois.
Le gouvernement français d’ailleurs ne chôme pas et a fait fermer 38000 pages Facebook en 2015, de loin en tête de tous les pays. A comparer aux 6500 de Turquie, 550 d’Allemagne, 430 d’Israël ou aux 80 fermées par la Russie…

L’algorithme Deep Text

Après des années de travail, Yahoo!  pense pouvoir bientôt lancer chez Facebook son intelligence artificielle capable de censurer tant la nudité que les contenus violents et les discours d’appels à la haine. Une tâche extrêmement difficile puisqu’il faut que la machine comprenne le sens du texte (et donc la langue), son contexte et qui est son auteur. L’algorithme nommé Deep Text est en test et a passé au crible 2 années de commentaires d’articles publiés chez Yahoo! avec un taux de fiabilité de 90%. 

Il repère le sens des mots, mais aussi la ponctuation et les formes syntaxiques associées aux injures. Il est capable d’apprendre le sens de mots en argot ou de ne pas se laisser piéger par l’orthographe. Les métaphores en revanche le trompent complètement et il faudra dans tous les cas abandonner l’ironie, le sarcasme et le second degré…
En outre, si cet algorithme pourra supprimer toutes insultes les plus courantes, il lui est impossible en revanche d’aller regarder les vidéos de prêche ou d’exécution pour repérer la propagande djihadiste…

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek

10:08 Publié dans Actualités, Internet, Réseaux sociaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : facebook, djihadistes, censure | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |

16/01/2015

Elsa Wolinski censurée par le service public de télévision

elsatriolet.jpg

Le journal national de France 3 du jeudi 15 janvier a rendu compte des obsèques de Georges Wolinski et des autres victimes des assassins fanatisés. Mais le traitement de ces obsèques a été très différent d’une édition à l’autre.

A 12h30 la journaliste a réalisé une interview de l’une des filles du dessinateur de Charlie Hebdo, Elsa, dont elle qualifie le message « d’émouvant et de combatif ».
Elsa déclare en effet : « Restons unis, ne votons pas Le Pen ; restons unis (…) Soyons ensemble (…) Qu’on continue à être intelligents (…) Pas d’amalgame ; pas de haine. »

L’appel d’Elsa Wolinski à ne pas voter Le Pen a sans doute donné des boutons à la direction de l’information du service public.

Les éditions suivantes, 19/20 et Soir 3 ont purement et simplement ignoré cet appel et donné d’autres extraits de l’interview.

Quant à France 2, les deux éditions de 13h et de 20h ont ignoré, elles aussi, cet appel d’Elsa.

Décidément les engagements politiques des dessinateurs de Charlie Hebdo continuent à déranger. Même sur le service public.

A quand la prochaine intervention de Marine Le Pen pour venir cracher sur leurs tombes et en direct sur le service public ?

Communiqué du Front de gauche des médias
Vendredi, 16 Janvier, 2015

11/10/2014

Les affiches d'une chaîne russe interdites à Londres

russie-affiches.jpg

Une campagne de la chaîne russe Russia Today a été interdite dans la capitale britannique. Ses affiches pointaient le bilan de la guerre en Irak, accompagné du message : voilà ce qui arrive quand les médias disent tous la même chose.

 russie-bush.jpgDeux des affiches de la campagne "Question more" de Russia Today.
Un portrait de George W. Bush ou de Tony Blair s'écriant : "Les armes de destruction massive seront prêtes dans 45 minutes", et un slogan percutant : "Guerre d'Irak : 141 802 victimes civiles. Voilà ce qui arrive quand il n'y a pas d'opinion alternative." C'est le message que portaient les affiches de la campagne "Question more" ("Posez plus de questions"), placardées dans les rues de Londres.

Lancée par la chaîne de télévision russe internationale Russia Today, la campagne a été interdite par les responsables des sociétés d'affichage publicitaire de la ville, rapporte le site d'informations russe Vzgliad. Selon eux, les affiches véhiculaient un "message politique" incompatible avec leur règlement.

Plusieurs points de vue

"Notre campagne de communication invite justement à s'interroger sur ce point", explique la directrice de Russia Today, Margarita Simonian. "Comment se seraient déroulés les événements si, dans les médias internationaux, pouvaient s'exprimer différents points de vue ? On ne peut que déplorer que certaines personnes ne veuillent pas que ces questions soient seulement soulevées."

La chaîne russe n'a pas désarmé et les Londoniens peuvent donc désormais tomber sur des affiches dépourvues de tout portrait, mais portant  la mention : "[redacted]", littéralement "contenu modifié". Allusion subtile à la façon dont les grands journaux américains avaient diffusé les notes de WikiLeaks, avec des coupures indiquées entre crochets. L'affiche invite également les citoyens britanniques curieux à retrouver l'affiche censurée sur l'application de Russia Today.

Opération de com' ?


Une campagne similaire a eu lieu à New York et à Washington au mois d'août, avec les portraits de George Bush et Colin Powell accompagnés de "leurs déclarations mensongères" sur la guerre d'Irak, poursuit Vzgliad.  Elle n'a pas subi de censure, mais les grands titres américains ont réagi. Le Huffington Post l'a par exemple qualifiée de "provocatrice" à l'égard des médias américains.

Pour le site américain Vocativ, cette affaire de "censure" londonienne dénoncée par Russia Today ressemble à une "opération de communication finement déguisée".

18:57 Publié dans Actualités, Manipulation, Télévision | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, russia today, londres, censure, bush | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |