Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/08/2018

Intox. Pas de masturbation au programme

fake-news-education-sexuelle.jpg

Après la promotion de la pédophilie, voici le gouvernement accusé de vouloir enseigner l’onanisme aux élèves de maternelle... En cette veille de rentrée, les rumeurs les plus fantaisistes ont fleuri, avec un inquiétant succès sur les réseaux sociaux.

C’est un cas d’école de désinformation. « Dès la rentrée 2018 », menace un tract distribué dans les transports à Paris, « un intervenant extérieur » va venir « apprendre la masturbation » et « expliquer l’homosexualité et l’amour anal » à vos enfants. Un avertissement qui s’accompagne depuis le début de l’été de plusieurs vidéos du même acabit. Ainsi, le 26 août dernier, une page Facebook intitulée Roubaix News prétendait dévoiler un « document établissant les bases d’une éducation sexuelle à l’école », alarmant de nombreux internautes.

À l’intérieur de celui-ci, on découvre par exemple que nos bambins de 4 ans seront dès la rentrée éduqués à découvrir « le plaisir de s’exhiber », ou formés aux « jeux génitaux ». Du grand n’importe quoi ? Évidemment. Sauf que la publication est partagée plus de 10 000 fois en une journée et que certains parents s’inquiètent. « J’ai appris la nouvelle via les réseaux sociaux début août.

J’ai passé beaucoup de temps à trier le vrai du faux, mais ce que j’ai trouvé ne me rassure pas. Si je ne travaillais pas, je déscolariserais mes enfants », témoigne ainsi Laïla, mère de deux enfants de 5 et 7 ans.

Des sites d’extrême droite à la manœuvre

Archétype de la fake news, le document relayé par Roubaix News n’est autre qu’un rapport daté de 2008 qui propose des réflexions aux enseignants suisses, comme l’a révélé le Monde mardi. Cette intox a vu le jour suite à la promesse de Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, le 19 juillet, de relancer, par le biais d’une circulaire, les trois séances annuelles d’éducation à la sexualité. Un enseignement pourtant prévu dans la loi depuis 2001, dont les seuls objectifs sont d’apprendre aux élèves (à partir de la primaire) « le respect du corps humain », et de promouvoir « une vision égalitaire » des relations femmes-hommes.

Particulièrement ciblée, Marlène Schiappa est aussi accusée de vouloir légaliser la pédophilie. À l’origine de ces rumeurs : des sites d’extrême droite comme La gauche m’a tuer ou Réseau libre. Ces as de la fachosphère accusent la secrétaire d’État de ne pas inclure dans sa loi contre les violences sexistes et sexuelles la présomption de non-consentement pour les enfants de moins de 15 ans. Si cette modification n’a pas été introduite dans le texte – pour cause de possible inconstitutionnalité –, rien n’a été changé sur la pénalisation de la pédophilie. Bien au contraire.

La nouvelle loi allonge la durée de prescription des crimes de nature sexuelle sur mineurs et instaure de nouvelles sanctions. Depuis le début de l’été, cette rumeur va pourtant bon train et a même été relayée par des personnalités politiques, parmi lesquelles le conseiller régional RN (ex-FN) Olivier Monteil ou la conseillère municipale LaREM Agnès Cerighelli.

Des rumeurs entretenues par les groupes complotistes, qui appellent à manifester devant toutes les préfectures de France pour la rentrée. Avec quelles chances de succès ? Le ministre Jean-Michel Blanquer a en tout cas tenu à démonter l’intox, mercredi, lors de sa conférence de presse de rentrée : « Je demande à chacun et à chacune (...) de ne pas chercher à créer des peurs là où ce n’est pas nécessaire. » Ces campagnes de désinformation rappellent furieusement celles de l’automne 2014, lancées contre le projet des « ABCD de l’égalité », qui visait à déconstruire les stéréotypes de genre. À l’époque, l’exécutif dirigé par François Hollande avait fini par plier devant les coups de boutoir de la fachosphère.

15/01/2018

Amis de l’humanité. « La fierté de ce que nous sommes »

l'humanité amis de l'humanité crise de la presse pluralisme patrick le hyaric

Caroline Constant, L'Humanité

L’assemblée générale des Amis de l’Humanité s’est tenue à Paris. L’occasion pour le directeur du journal, Patrick Le Hyaric, de déployer ses projets pour le groupe Humanité.

«Les temps sont durs pour les humanités. » Jean-Emmanuel Ducoin, secrétaire national des Amis de l’Humanité et rédacteur en chef du journal, a ouvert samedi, à la Maison des métallos à Paris, l’assemblée générale annuelle de l’association. Durs mais pas désespérés, comme il l’a rappelé avec le directeur de l’Humanité et député européen, Patrick Le Hyaric. D’abord, parce que l’association elle-même compte plus de 1 000 adhérents, ce qui n’était pas arrivé depuis cinq ans ; ensuite, parce qu’elle a développé 60 comités locaux, dont la moitié sont très actifs. Au-delà, ce qui se joue, c’est la survie du journal, dans un monde politique mouvant, où les habitudes de lecture changent, où la gauche est éclatée, où les aides à la presse sont menacées…

Une survie qui tient pour beaucoup à la réactivité des lecteurs

Patrick Le Hyaric l’a précisé avec force : partout dans le monde, à l’heure où la presse écrite indépendante traverse une crise sans précédent, on nous envie la survie de l’Humanité. Qui tient, pour beaucoup, à la réactivité de ses lecteurs : les étrennes de l’Humanité, lancées le 4 décembre, ont ainsi rapporté en un mois tout juste près de 300 000 euros. « Je remercie celles et ceux qui font cet effort supplémentaire. Je sais ce que ça coûte dans la période », a salué le directeur du journal.

Une nouvelle souscription va être lancée début février. Pas pour « sauvegarder » le journal, mais pour lancer le groupe Humanité dans « un projet de développement qui combine le quotidien, le magazine, avec un lectorat à élargir, et notre plateforme numérique ». Et les bases de développement existent : « Chaque jour, 350 000 personnes sont en contact avec l’Humanité. Nous avons 800 000 abonnés à nos comptes Facebook, 350 000 sur Twitter, 200 000 sur Instagram. Chaque mois, 7 millions de personnes passent sur nos plateformes numériques. Ce sont des bases considérables », a salué Patrick Le Hyaric. Sans compter le succès de la Fête de l’Humanité, qui rassemble près de 500 000 personnes, et que « tout le monde nous envie ».

Il a aussi souligné que les trois supports de l’Humanité intéressent au-delà de notre propre courant d’opinion, avec « 1 000 à 1 200 contributeurs qui ne sont pas de notre entourage direct, ni de notre courant d’opinion, et qui ont donné une ou plusieurs contributions ». « Il nous faut avoir la fierté de ce que nous sommes et de ce que nous produisons, même si c’est critiquable », a-t-il souligné. Le groupe de presse « multicanal » envisagé par la direction de l’Humanité permettrait de répondre au rôle que « nous avons à jouer à ce moment précis de l’histoire. On a l’impression que nous sommes sous un rouleau compresseur face auquel il n’y aurait rien. Mais il ne faut pas sous-estimer ce qui est train de mûrir dans la société française et qui cherche à éclore, qu’il ne faudra pas chercher à guider, mais à nourrir en permanence ».

Et le directeur a fait une mise au point : « L’Humanité n’est pas un journal qui prône une contre-société, mais qui veut permettre à chacun et à chacune de fédérer tout le monde, dans la sphère progressiste. Même ma voisine qui a changé de vote et qui a voté Macron n’a pas changé de valeurs. Elle se pose des questions, peut-être même plus que moi. Elle est mobilisable », et la lecture des trois supports de l’Humanité peut lui permettre de modifier son regard, demain, sur la société.

« Mon souci permanent, a-t-il répété, c’est de sortir de ce marasme, de développer le journal, pour rendre service au mouvement progressiste. » Or, il constate : « On lit trop souvent l’Humanité à travers le prisme de ce qu’on pense soi-même. Mais l’Humanité rend compte d’événements qui ont eu lieu, et ce n’est pas à nous de dire ce qu’il faut penser. Nous devons donner des informations pour que chacun se forge une opinion. Ne cherchez pas dans le journal ce que vous pensez déjà. »

Pris régulièrement à partie par des militants du PCF et de la France insoumise, le directeur refuse « d’être pris en tenaille par les partisans des uns et des autres » qui menacent à intervalles réguliers de se désabonner. « On ne peut pas juger l’Humanité sur la base d’un article ou d’une séquence. Nous sommes le journal de la question sociale, et nous sommes le seul, sur la géopolitique mondiale, sur la paix, la solidarité, le désarmement nucléaire, la culture et les savoirs, les volets Histoire de l’Humanité Dimanche, les pages réflexion, nos invités. » Même s’il veut qu’« on se dépasse, pour améliorer la lecture des journaux ».

Objectif : réunir 3,5 millions de personnes par jour

L’ambition pour le journal est forte : réunir 3,5 millions de personnes par jour, sur les titres et via Internet et la plateforme numérique. Le directeur compte sur « un apport de 8 millions d’euros pour désendetter l’Humanité ». Il précise par ailleurs « qu’aucun journal n’est aujourd’hui à l’équilibre économique, ceux qui y arrivent, c’est uniquement par l’apport de leurs actionnaires ». Il a donné les grands rendez-vous à venir de ce premier semestre : la sortie d’un hors-série sur Karl Marx, le 17 février, accompagnée d’un « forum Marx » à la Bellevilloise, à Paris, dans le cadre de l’année Marx. Un autre hors-série, en mai, sur « Mai 1968-Mai 2018 », qui portera notamment sur la question sociale. Enfin, à la mi-avril, l’Humanité tiendra un grand banquet populaire. Un moment où seront conviés Amis et lecteurs, pour la relance du journal et le lancement de la prochaine édition de la Fête de l’Humanité.

27/07/2017

« quand on dépasse les bornes, il n’y a plus de limites »

liberté.jpg

Suite à l’article du Monde Magazine, daté du 1er juillet « Le trésor perdu du PCF », Pierre Laurent a écrit au directeur de rédaction. Voici le contenu de la lettre:

A l’attention de M. le Directeur de rédaction

LE MONDE – M Le Mag

80 Boulevard Auguste Blanqui

75 013 Paris

Monsieur le directeur,

Je sais bien que nous sommes en été et qu’il vous faut cependant remplir les pages de vos journaux. Je sais bien qu’il est devenu aujourd’hui un banal marronnier de se payer la tête du PCF en croyant étriper son histoire. Mais enfin, comme dit le sapeur Camembert, « quand on dépasse les bornes, il n’y a plus de limites ». Et là, dans l’article du Monde Magazine, daté du 1er juillet « Le trésor perdu du PCF », elles ont été allègrement franchies. On pouvait s’attendre à du sérieux, nous n’avons eu que du ridicule et de l’approximatif grotesque ce qui est bien dommage pour la réputation de votre journal. Ce papier ressemble plutôt à une mauvaise copie dans laquelle le potache cherche à épater le correcteur à coups de formules « choc » quand il ne fait qu’étaler son ignorance.

Il serait trop long – et cet article ne le mérite pas – de reprendre point par point erreurs et confusions. Il est en effet comique de voir « La Maison de la pensée française »  située  « au sein de la cantine de l’usine Renault à Boulogne-Billancourt ». Il est tout aussi bouffon qu’ André Fougeron et Édouard Pignon soient déclarés « peintres officiels du parti communiste français » (ils doivent se retourner dans leur tombe). Il est ridicule de présenter Les Lettres françaises comme « une revue » (vos « prodiges » n’en ont sans doute jamais eu un exemplaire sous les yeux !). Autant de perles auxquelles s’ajoutent quelques touches de mauvaise foi, par exemple rendre le PCF responsable du fait que des éditions luxueuses acquises par des bibliophiles soient aujourd’hui revendues (par qui ?) à prix d’or dans les salles des ventes… Encore un effort, et vos folliculaires pourraient peut-être accuser le PCF du prix exorbitant de certaines affiches de mai 1968 qui se vendent aussi très bien aujourd’hui !

Mais cessons là et venons en au fond. L’article cherche en fait à tourner en ridicule de grands artistes qui voulaient – quelle folie ! – « rendre l’art accessible aux classes populaires » et n’auraient été ainsi que des gogos aveugles sinon stupides, et on parle là, je vous le rappelle, de Fernand Léger, Pablo Picasso, Louis Aragon, Paul Eluard, Pablo Neruda, Édouard Pignon, entre autres. Ceux qui dressent ce réquisitoire semblent tout ignorer de l’histoire du XXe siècle et étalent, à peu de frais, leur mépris pour ces grandes figures ! Pour ce qui concerne l’apport des uns et des autres à l’humanité, la lutte est bien inégale, non ?

Je suis tout autant meurtri que vous ayez publié sans barguigner un papier aussi méprisant pour les ouvriers qui semblent, dans vos colonnes, voués à une bêtise indécrottable. Nous sommes décidément là en plein racisme social, délivré par ceux qui se posent comme « élite » éclairée et donneuse de leçons. Peut-être pourriez-vous leur apprendre qu’Édouard Pignon, né dans une famille de mineurs, fut d’abord ouvrier (galibot, puis manœuvre dans le bâtiment), que Fernand Léger naquit dans une famille de paysans, que etc… Et qu’on n’est pas condamné, notamment grâce à l’action d’un parti comme le nôtre, au déterminisme implacable de ses conditions sociales d’origine. Peut-être encore pourriez-vous leur signifier que bien des villes ouvrières doivent notamment aux communistes leur théâtre, leur cinéma, leur médiathèque, leur salle d’exposition… Et que la fameuse formule d’Antoine Vitez « être élitaire pour tous » est toujours aujourd’hui une excellente définition du combat communiste.

Au milieu de toutes ces fadaises, votre article répand aussi un pseudo-scoop, un peu réchauffé en fait car il a déjà été utilisé dans vos colonnes, mais pour une autre œuvre de Fernand Léger. En 2007, une délégation de la direction du PCF se serait rendue auprès du directeur d’un grand musée d’Art moderne avec l’intention de vendre la tapisserie de Fernand Léger « J’écris ton nom Liberté » qui est évidemment toujours accrochée dans l’immeuble du PCF, place du Colonel Fabien. Ce courageux directeur, qui n’hésite pas à confier à la presse pareille baliverne, souhaite rester anonyme, et on le comprend. Je ne vous demande pas de révéler son nom, car fort légitimement vous protégez vos sources mais je vous mets au défi de donner à vos lecteurs les noms des dirigeants qui composaient cette fantomatique délégation. Là, il ne devrait pas y avoir pour vous de gros problèmes déontologiques, puisque – vos collaborateurs le démontrent – tous les coups sont permis contre le PCF. Mais sachez-le, je dors tranquille !

place colonel fabien.jpgUne dernière remarque : vos « journalistes » évoquent l’immeuble d’Oscar Niemeyer comme « un vrai bijou de famille entretenu comme une vieille Chevrolet cubaine par les derniers communistes ». On mesure la finesse du style et la hauteur de vue. Mais voilà qui ne va pas faire plaisir au ministère de la culture qui a inscrit l’immeuble au « Patrimoine » et aux dizaines de milliers de visiteurs annuels de ce site dont ils apprécient le geste architectural. Oui, le PCF s’honore de faire vivre ce haut lieu culturel au cœur de la capitale.

Monsieur le directeur, vous connaissez la boutade d’Alexandre Dumas : « J’aime mieux les méchants que les imbéciles, car parfois ils se reposent. » Je vous laisse le soin de choisir la catégorie dans laquelle ranger les auteurs de cet article. Mais dites-leur bien de ma part : nous sommes en été, et surtout qu’ils se reposent… Pour conclure, serait-il excessif de vous demander de présenter des excuses à tous les communistes pour ces fariboles que votre journal a publiées ? Je vous laisse juge.

Pierre Laurent

Secrétaire national du Parti communiste français

24/04/2016

Le journal “L’Humanité” va-t-il disparaître ?

l'humanité,journal,disparition

Le quotidien, qui fête cette année ses 112 ans, traverse une période difficile. Ses finances sont au plus bas. De multiples appels ont été lancés pour que ses lecteurs le sauvent. Le journal n’en est pas à sa première crise, mais celle-ci pourrait bien être la dernière.

L’Humanité, le journal fondé en 1904 par Jean Jaurès, va mal. C’est son directeur actuel, Patrick Le Hyaric, qui l’a annoncé dans un article paru le 10 mars intitulé, sobrement, L’alerte : “Nous vous devons la véritél’Humanité est en danger ! […] L’Humanité ne tient que grâce à votre soutien. Et aujourd’hui, avouons-le, elle ne tient qu’à un fil.” Il y explique notamment que la survie du journal est nécessaire pour le pluralisme de la presse. Les pertes qu’accuse le titre s’élèvent à près de 50 centimes par exemplaire de L’Humanité vendu. Le journal est actuellement au bord du gouffre. Cet article est l’occasion de faire naître un slogan comprenant un hashtag, comme taillé pour l’ère des réseaux sociaux : #lHumanitecestnous.

Mais les problèmes financiers de l’Huma ne datent pas d’aujourd’hui. “C’est un journal qui vit toujours dans un déséquilibre/équilibre difficile, explique Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français (PCF) et ancien directeur de la rédaction du journal. Il y a des passages plus critiques que d’autres.” En 2013, l’Etat annule une dette que le journal doit au Trésor. Le quotidien avait contracté un prêt auprès du fonds de développement économique et social en 2002. A l’époque il était en cessation de paiement. La vente à l’Etat en 2010 de son siège, un bâtiment massif imaginé par l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, pour 12 millions d’Euros, n’avait pas suffi à le sortir d’affaire. Lors de son invitation à l’Instant M sur France Inter, Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction a fait le bilan :

Nous avons limité [les] pertes notamment au prix de mesures assez sévères sur notre fonctionnement mais comme tous les autres quotidiens français nous perdons de l’argent dans notre exploitation. La différence c’est que nous n’avons pas des actionnaires du CAC 40 qui soit rachètent le journal, soit le recapitalisent. Nous n’avons pas non plus la publicité à laquelle nos lecteurs auraient droit”

Article publié dans Les Inrocks

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek
 

11:08 Publié dans Actualités, Journal, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'humanité, journal, disparition | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |