Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2014

Femmes voilées devant une CAF : la photo truquée qui fait le tour du web

femmesvoilées.jpg

La photo truquée de femmes voilées devant une CAF Twitter

Cette image d’un groupe de femmes entièrement voilées faisant la queue devant une Caisse d’allocations familiales se propage sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Le site Metronews a enquêté sur cette photo. Il explique qu’elle est en fait truquée.

Le cliché circule sur Facebook et sur Twitter. Il est accompagné le plus souvent de commentaires islamophobes dénonçant les « conséquences dramatiques » de l’immigration en France. Selon Metronews, cette photo postée par @aiglemalin sur Twitter le 2 octobre dernier est fausse. Grâce à l’outil Tineye, le journal a retrouvé la photo d’origine. Il s’agit en réalité d’une image prise à Londres, sur laquelle on peut voir le groupe de femmes, non pas devant une Caf, mais plutôt devant ce qui semble être un commissariat de police. Cette supercherie rappelle l’importance de prendre du recul face aux informations circulant sur les réseaux sociaux.

La vraie photo d'origine

photos,caf,manipulation,web

Article publié par la Dépêche du Midi

25/11/2013

La NSA aurait infecté 50 000 réseaux informatiques avec un malware

nsa,usa,réseaux sociaux,malware

Sécurité : La NSA a placé un malware sur plus de 50 000 réseaux informatiques du monde entier, selon un document fuité par Edward Snowden.  

Un nouveau document fuité par Edward Snowden montre que la NSA aurait infecté 50 000 réseaux informatiques dans le monde avec un malware, a révélé le journal néerlandais NRC. Il s'agit, comme souvent, d'une diapositive de présentation. Elle date de 2012 et montre une carte du monde détaillant des points d'accès pour "l'exploitation des réseaux informatiques" (Computer Network Exploitation - CNE).

Plus de 50 000 endroits sont touchés dans le monde, selon la carte. Et d'après le journal néerlandais, aucun commentaire n'est parvenu du gouvernement américain. Le média lance des accusations graves sur la base de cette diapositive, qu'il dit avoir vu lui-même.

NRC ne fait pas dans l'ambiguïté : "Les services de renseignement américains (NSA) ont infecté plus de 50 000 réseaux informatiques dans le monde avec un malware conçu pour permettre le vol d'informations sensibles."

Une page de la NSA fait référence à la CNE comme un ensemble de techniques permettant "la collecte de renseignements et des actions via les réseaux informatiques qui exploitent les données récupérées depuis une cible ou des systèmes d'information ennemis".

Une révélation qui met sous une lumière différente l'article du Washington Post, en août dernier, qui relatait l'existence d'une équipe de hackers de haut vol au sein de la NSA. On y parlait de TAO, le nom de l'équipe (Tailored Access Operations), et d'un certain "GNE".

Les Five Eyes impliqués

L'équipe de TAO aurait ainsi perpétré "plus de 54 000 opérations d'exploitation des réseaux globaux [Global Network Exploitation - GNE] en soutien aux besoins des agences nationales de renseignement". Une lettre seulement change, mais le plus probable reste que CNE soit l'appellation correcte, puisqu'elle est présente sur le site de la NSA.

Si l'on connait les partenaires des Etats-Unis sur ce programme - il s'agit des "Five Eyes", soit Etats-Unis, Royaume-Uni, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande - il est assez difficile d'avoir des indications sur les cibles. Mais des spécialistes de la sécurité semblent penser que les entreprises de télécoms sont les cibles les plus probables.

Ce qui est corroboré, d'ailleurs, par un exemple donné par NRC : la surveillance par le GHCQ, service de renseignement britannique, de l'opérateur belge Belgacom. L'agence britannique aurait utilisé de fausses pages LinkedIn pour piéger Belgacom et installer un malware sur son réseau informatique, découvert en septembre 2013. Le GHCQ aurait espionné les clients de Belgacom pendant des années à cause d'un simple phishing sur un employé.

Beaucoup d'opérations qui sont, en théorie, interdites par la loi américaine, juge notre confrère Violet Blue de ZDNet.com. L'article de NRC a également le mérite de recouper l'information d'une existence de la fameuse équipe de hackers au sein de la NSA. Pour l'heure, aucune réaction officielle n'est parvenue du gouvernement.

Publié par ZDN

13/07/2013

Les Français se sont massivement convertis aux réseaux sociaux

ordi.jpgLes Français ne s'en lassent pas. Avec les années qui passent, les réseaux sociaux sont devenus l'une de leurs principales occupations sur Internet. Selon une étude Médiamétrie 79 % des internautes sont désormais inscrits à l'un de ces sites, soit 32 millions de personnes. C'est 2 millions de plus qu'il y a un an. «Les réseaux sociaux sont devenus un phénomène de masse», confirme Laurent Battais, directeur exécutif au sein de l'institut d'études.

Alors que les réseaux sociaux ont d'abord prospéré chez les étudiants, les distinctions d'âge et de catégories sociales se sont estompées. Les internautes français de plus de 55 ans représentent plus de 30 % de l'audience de ces sites en France, autant que les 15 à 34 ans. Ils y viennent souvent pour retrouver leur famille et renouer des liens avec leurs amis et se laissent ensuite prendre au jeu.

En France, Facebook reste, de loin, le plus prisé. La notoriété du site de Mark Zuckerberg culmine à 93 % parmi les internautes, devant Twitter (70 %) et LinkedIn (16 %). D'autres sites parviennent cependant à exister dans l'ombre du géant américain, puisque les internautes français sont inscrits en moyenne à deux réseaux sociaux. Près de 10 % d'entre eux sont présents sur 4 sites ou davantage.

Chaque réseau social a en fait construit une sphère d'influence. «On peut être inscrit sur trois réseaux pour trois raisons bien particulières», explique Laurent Battais. Sur Facebook, plus de 9 membres sur 10 sont en contact avec des amis, et plus de 8 sur 10 avec des parents. Twitter et Google + sont prisés pour suivre l'actualité de marques et de célébrités. Enfin, Viadeo ou LinkedIn le sont pour les contacts professionnels.

5 heures par mois sur Facebook

Les plus jeunes ont tendance se réfugier sur d'autres sites plus récents pour continuer à discuter entre eux. Ils ne composent plus que 23 % de l'audience de Facebook, contre 38 % sur Tumblr, récemment racheté par Yahoo!. Médiamétrie n'observe toutefois pas de désaffection nette de Facebook, comme cela se produit aux États-Unis. Le site a diversifié ses usages, se positionnant sur la plupart des activités incontournables d'Internet. On y vient pour partager des photos et des vidéos, lire des informations, envoyer des messages privés, suivre l'activité de marques et jouer. Aussi, l'intérêt des Français pour les réseaux sociaux ne faiblit pas, même pour les inscrits de la première heure. Les internautes restent plus de cinq heures par mois en moyenne sur Facebook, contre deux heures sur Google +.

Mieux, près des deux tiers des inscrits à un réseau social s'y connectent maintenant au moins une fois par jour. Ils se montrent les plus assidus à leur domicile (69 %), mais profitent souvent de la moindre occasion pour garder le contact avec leurs amis depuis leur smartphone. L'application Facebook est ouverte quatorze fois par jour en moyenne, selon l'institut d'études américain IDC, et même près de 18 fois le week-end. Quelque 9 % des visiteurs français de Facebook se connectent uniquement depuis un portable.

Tous les internautes français seront-ils inscrits un jour à un réseau social? Il reste de solides réticences. Ceux qui renâclent disent ne pas voir l'utilité de ces sites et n'ont pas envie de s'exposer. Beaucoup d'entre eux évoquent aussi des craintes pour leurs données personnelles, malgré les efforts de pédagogie des réseaux sociaux en la matière.

Publié par le Figaro

ressociaux.jpg

02/07/2013

Facebook, Twitter et Google+ : peu de clarté sur l'exploitation des données de personnelles

ordi1.jpgLes trois principaux réseaux sociaux ont une vingtaine de jours pour faire en sorte que leurs conditions d'utilisation des données personnelles soient conformes à la loi française. C’est l’appel lancé, le 27 juin 2013, par l'Union française des consommateurs Que choisir. Si rien ne bouge, l’association mettra l’affaire entre les mains de la justice.

« Les internautes doivent garder la main sur leurs données » peut-on lire sur le site de l'Union française des consommateurs Que choisir. Parce qu’elles relèvent de la vie privée, les informations personnelles, fournies sur un site ou sur un réseau social, doivent être protégées. Or, quel que soit l’avis de l’utilisateur, les réseaux sociaux sont parfaitement dans la capacité d’exploiter ces données ! C’est ce que révèle les six mois d’enquête de l'association Que choisir. « Les trois principaux réseaux sociaux ont un point commun : celui de ne donner aucune information claire sur les services qu’ils fournissent, explique Amal Taleb, au service juridique de Que choisir. Et les textes qui pourraient y faire référence sont incompréhensibles. Twitter, par exemple, propose trois textes sur le sujet, qui renvoient vers au moins 65 pages Internet différentes, et parfois en langue anglaise ! »

Collecter des données ?

Pourquoi les réseaux sociaux ont-il aussi peu de transparence sur la protection des données personnelles ? « Parce que cela leur laisse la possibilité de collecter une multitudes d’information », répond Amal Taleb. Ainsi, un e-mail, une photo, un article ou une vidéo peuvent être utilisés partout dans le monde par Facebook, Google+ ou Twitter, sans que l’internaute n’ait eu la possibilité de donner son accord. « En France, le droit de collecter des informations personnelles est encadré par la loi Informatique et Libertés. C’est la raison pour laquelle nous menons cette action », poursuit Amal Taleb.

… Pour en faire quoi ?

Il est important de savoir que la vente de données personnelles rapporte beaucoup d’argent aux sites gratuits et aux réseaux sociaux. De même que la publicité ciblée. Ainsi, la jeunesse fait l’objet de « Teen-marketing ». C’est-à-dire qu’en fonction du pro?l du jeune internaute, des informations qu’il confie ou des messages qu’il envoie, il reçoit des publicités concernant plus spécialement ses goûts, ou ses centre d’intérêt, sur les sites qu’il visite ! Pour éviter d’être suivi, il faut dévoiler le moins de choses possibles. Et gare aux pièges, comme les jeux en ligne ou aux cadeaux gratuits. Il y a toujours un formulaire à rempli… qui cache une récupération des données personnelles !

Myriam Rembaut, pour France Télévision