Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2019

"C'est un journal qu'on n'a pas le droit de laisser mourir" : les salariés de "l'Huma" se battent pour sauver le quotidien de Jaurès

Huma.jpg

Le journal communiste a été contraint de se déclarer en cessation de paiements auprès du tribunal de commerce de Bobigny. Mais ses salariés ne baissent pas les bras et racontent à franceinfo leur lutte pour sauver "l'Huma".

"Je ne dis pas que c'est tous les jours évident mais on est quand même déterminés à se battre." Au bout du fil, Lina Sankari, journaliste à la rubrique internationale de L'Humanité depuis 2007, résume l'état d'esprit de ses collègues : touché mais pas coulé. Malgré la grave crise que traverse le journal communiste, les salariés veulent continuer à croire en l'avenir de ce quotidien, fondé par Jean Jaurès en 1904.

La situation est pourtant alarmante. La semaine dernière le quotidien a été contraint de se déclarer en cessation de paiements, comme l'a révélé l'hebdomadaire Marianne, auprès du tribunal de commerce de Bobigny. Une audience s'y déroule mercredi 30 janvier afin de décider du sort du journal. Lundi, celui-ci a lancé un appel à la mobilisation générale à destination de ses lecteurs afin de l'aider à surmonter ses difficultés financières. "On ne s'est jamais retrouvé dans une situation pareille mais on est prêt à relever le défi", assure Pierre Barbancey, grand reporter à l'Huma.

Une histoire de famille

Récompensé du prestigieux prix Bayeux des correspondants de guerre, Pierre Barbancey, 57 ans, ne connaît que l'Huma. "J'y travaille depuis trente ans, sourit-il. J'avais un grand-père ouvrier métallurgiste et délégué CGT en 1936 et qui lisait l'Huma. Il y a une histoire familiale autour de ce journal". Et le journaliste de rappeler que "l'Huma est un journal à part, créé par Jaurès pour faire entendre la voix des travailleurs, des ouvriers mais aussi porter des idées à contre-courant du politiquement correct". Son collègue, Aurélien Soucheyre, 31 ans, abonde : pour lui aussi, le quotidien est une histoire de famille.

'L'Huma', c'est le journal de la famille que lisaient mon grand-père et mes parents. J'ai grandi à Saint-Denis, pas loin de l'ancien siège, ce journal a toujours été dans mon histoire.Aurélien Soucheyreà franceinfo

Grégory Marin, lui, "rêvait d'aller bosser à l'Huma". Le président de la Société des personnels de l'Humanité, qui travaille au service politique, a poussé la porte du journal pour la première fois en 2006. "C'était le journal où j'avais envie de travailler, dont je me sentais politiquement le plus proche, pas seulement pour une certaine liberté de ton mais aussi pour les combats qu'il mène", se souvient-il, évoquant notamment le combat du journal pour l'abolition de la peine de mort. 

Lina Sankari, 36 ans, loue "cette formidable rédaction qui laisse énormément de liberté à ses journalistes". Embauchée en 2007, la reporter, qui tient à préciser qu'elle ne vient pas d'une famille communiste, assure qu'on ne leur impose pas de sujets. "Cette idée de liberté est importante, c'est nous qui sommes les maîtres des dossiers."

"On compte chaque dépense"

Mais la crise que traverse l'Huma pourrait avoir raison de cette "formidable rédaction". Tiré à près de 50 000 exemplaires, le quotidien a vu ses ventes chuter en France de 6% en 2017-2018, à 32 700 exemplaires en moyenne.

Depuis longtemps, on vit avec cette épée de Damoclès mais là, la menace se concrétise et on était jamais allé jusque-là.Grégory Martinà franceinfo

"On compte chaque dépense que l'on fait pour partir en reportage ou pour prendre une pige. On fait ça depuis des années mais ça s'est accéléré depuis deux ans", raconte Grégory Martin. Le journaliste prend un exemple concret : "Quand je vais en reportage en région, je dors chez des amis ou des militants pour économiser."

Malgré ces petites combines, la situation financière du journal s'est détériorée et sa potentielle disparition inquiète les journalistes au-delà de leur propre sort. "On est inquiets, on a tous des familles à nourrir. Mais c'est un journal qu'on n'a pas le droit de laisser mourir, il ne nous appartient pas, il appartient à ses lecteurs", soutient Lina Sankari. "Pour la France, la disparition de l'Huma, ce serait un appauvrissement du débat démocratique. On apporte dans le pot commun des idées pour aider à la réflexion et même si ces idées-là sont affaiblies, elles n'ont pas disparu", renchérit Pierre Barbancey. 

"Ceux qui vivent sont ceux qui luttent"

Alors, l'heure est à la mobilisation. "Ceux qui vivent sont ceux qui luttent", explique le grand reporter, citant Victor Hugo. "On réagit comme ça à l'Huma, même s'il y a des moments d'abattement, on relève la tête et on compte sur notre richesse, les lecteurs, car ce sont eux qui nous font vivre depuis toujours", rappelle Grégory Martin. Le directeur du journal, Patrick Le Hyaric, a demandé aux lecteurs de monter "une mobilisation exceptionnelle", via des actions comme des collectes de fonds, des débats ou des animations de rue, pour l'aider à sortir de l'ornière. Un meeting de soutien est également prévu le 22 février à Paris.

Et les efforts commencent à payer. Aurélien Soucheyre souligne "l'élan qui se crée" autour du journal. "On reçoit beaucoup de dons et de messages, ça fait chaud au cœur", raconte-t-il. "L'état d'esprit est à la bataille. En attendant, on va continuer à faire le meilleur journal possible", conclut Grégory Martin. 

Source France Info

19:48 Publié dans Actualités, Informations, Journal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humanité, souscription, aide | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |

23/03/2012

35 millions de Français lisent la presse écrite chaque jour

humamelenchon.jpgLes premiers résultats de l'étude One d'audience de la presse ont été présentés, lors de la publication du 22ème observatoire de l'OJD.

« La presse écrite est belle et vivante, arrêtons de dire qu'elle est en crise ! ». En évoquant ce matin les résultats de l'étude One, qui mesure pour la première fois l'audience de tous les titres de presse (quotidiens et magazines), Sébastien Danet, président de Vivaki, a tenu à rappeler le dynamisme de certains titres et le rôle majeur de la presse dans les dispositifs des annonceurs.

Car la presse reste un média puissant : 35 millions de Français lisent au moins un titre par jour, soit 69 % des Français. Et toutes les grandes familles de presse restent représentées : 30 % des titres lus appartiennent à la famille Féminins-Santé-Cuisine-People-Famille, 20 % sont des quotidiens, 17 % des magazines dits « à centre d'intérêt », 14 % des magazines de télévision, 10 % des news ou des magazines économiques, et enfin 10 % des titres de la famille Maison-Décoration-Jardin.

Baisse globale des diffusions

Pour autant, cette puissance peine à masquer la baisse globale des diffusions l'an dernier. Selon le 22ème observatoire de l'OJD, lui aussi présenté ce matin, la diffusion France payée de la presse grand public a reculé en 2011 de 2,3 %. Elle avait déjà baissé de 2,2 % l'année précédente. Au total, elle a perdu 15 % depuis 2001. Toutes les familles de presse ont baissé l'an dernier : -2,04 % pour la presse quotidienne et -3,1 % pour la presse magazine.

Dans cette dernière catégorie, les news et les autres magazines d'information ont plutôt bien résisté (-0,8 % et -0,5 %), contrairement à la presse people (-4,67 %), la presse de télévision (-3,3 %), ou même les féminins (-2 %). La presse masculine a particulièrement souffert l'an dernier (-27 %). Ayant subi de plein fouet l'impact des mutations numériques, la presse technique et professionnelle a également accusé une baisse de 5,7 % l'an dernier, soit près de 60 % en dix ans.

Dans ce paysage global, certains n'en ont pas moins tiré leur épingle du jeu. Nouvelles formules et innovations ont en effet permis à certains titres de progresser -et de se voir récompensés d'une étoile OJD. Au tableau d'honneur cette année, « Libération », « Les Inrockuptibles », « Le Nouvel Observateur », ou encore, parmi les mensuels, « Modes & Travaux » et « Détours en France ».

Les sites Internet du Figaro et de Sud Ouest ont de même été primés. « Le Télégramme » et lequipe.fr ont de leur côté reçu l'étoile de la constance dans le succès. « Les Echos », enfin, n'ont pas à rougir de leurs performances puisqu'ils ont été nominés dans deux catégories (presse quotidienne et constance dans le succès).

Anne FEITZ, les Echos

 

 

14:09 Publié dans Actualités, Journal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : journaux, audience, presse, humanité, mélenchon | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |

18/08/2011

Du nouveau sur Humanite.fr

capture_humanite_fr_web.jpgLe site Humanite.fr se revitalise. Une version plus claire, plus interactive, plus fonctionnelle. Elle répond enfin à ses ambitions de départ et offre de nouvelles perspectives aux internautes. Le visiteur aura accès à l’éditorial des trois titres : l’Humanité, l’Humanité dimanche et la Terre. Visite guidée.

Les internautes qui se sont aventurés sur le site de l’Humanité, ce week-end, ont dû trouver du changement ! Les premiers témoignages le confirment. Plus clair, plus fonctionnel, plus interactif, plus complet, le site après des mois de pépins en tous genres qui en rendaient parfois l’accès pour le moins difficile, voire décourageant, s’est fait de nouveaux habits. Et même un peu plus. Il va enfin pouvoir correspondre à ses ambitions. Celle d’être « une plate-forme d’opinions et de faire entendre cette voix singulière dans le paysage numérique », comme nous l’annoncions en juin 2010. L’équipe de la plate-forme numérique de l’Humanité y a beaucoup travaillé. Petite visite guidée en invitant toutefois l’internaute à découvrir lui-même le site et ses usages.

accès à la rubrique et aux articles de son choix

Lorsque le visiteur ouvre la page d’accueil, il a face à lui le choix entre « à la une », « opinions » et « mon humanité ». En cliquant sur à la une, il a accès à la rubrique et aux articles de son choix: monde, politique, social-éco, société, environnement, culture, sports, médias. Le visiteur a aussi accès aux pages Europe, travail, libres échanges, territoires, etc. (au bas de la page d’accueil).

Sur «opinions», le visiteur peut avoir accès à l’éditorial des trois titres : l’Humanité, l’Humanité dimanche et la Terre, aux débats, aux tribunes, au chat, où, bientôt, une personnalité politique, syndicale, universitaire ou artistique qui fait l’actualité sera interrogée. Une synthèse sera publiée le lendemain dans le quotidien. Sans oublier la fenêtre « invités», où le lecteur retrouvera l’invité de la semaine du quotidien. Sur « mon humanité », l’internaute peut s’abonner en ligne, avoir accès à la diffusion militante, et, prochainement pour les abonnés, l’accès à une rubrique «à votre service», en matière du droit du travail, civil, social, rural et forestier, de l’environnement, des collectivités et administratifs, du Code de la route, des rapports locatifs, etc.

Lorsque le visiteur du site Humanite.fr a choisi un article sur le fil d’information, il peut, directement au bas de l’article, réagir de manière beaucoup plus simplifiée et rapide. Il a aussi la possibilité de rechercher gratuitement dans la base de données de l’Humanité des archives depuis 1990 (sur la page d’accueil). Sur le côté droit de la page d’accueil, le visiteur retrouve le fil rouge, les informations et communiqués émanant des lecteurs, associations et organisations syndicales et politiques. Suit un espace pour s’abonner avec les différentes formules proposées avec des offres diverses, à tarifs privilégiés et cadeaux en prime. En dessous, un espace numérique pour retrouver l’Humanité, l’Humanité dimanche et la Terre, et lire, en tournant les pages, les derniers numéros. Un abonnement numérique (PDF) sera bientôt disponible sur le site. Pour chaque abonnement à l’un des journaux réalisé sur le site (version papier), l’abonnement à sa version numérique sera offert. Une boutique est également ouverte où le visiteur peut commander les hors-séries de l’Humanité, les ouvrages écrits par des journalistes de la rédaction.

 

des archives disponibles depuis 1990

Un espace est consacré naturellement à la Fête de l’Humanité (programme, achat de billets d’entrée…) des 16-17 et 18 septembre prochains. Pour tout connaître des concerts, des débats, des expos et autres richesses de la Fête, comme les clichés, il suffit de cliquer sur l’affiche. Enfin, signalons que d’ici une quinzaine de jours, une version pour mobile sera mise en service. Le site ainsi revitalisé doit maintenant trouver une nouvelle vitesse de croisière. Il est l’un des piliers essentiels du développement de la maison Humanité au même titre que ses journaux, que sa Fête. Et ce, à un moment où s’accroissent les difficultés de la presse écrite. L’Humanité relève le défi. Les lecteurs devraient y trouver leur compte. À eux de nous le dire. À eux de cliquer sur Humanite.fr. Ils y seront bien reçus.

 

************************************

UNE VERSION AUSSI SUR MOBILE

************************************

Un site optimisé pour les téléphones portables verra le jour 
avant la fin du mois d’août. Nous avons fait ce choix, car cela 
nous permettra de nous adresser à tous avec un même site, quels que soient la marque et le modèle de son smartphone, dans un délai court et pour un budget raisonnable. Les applications dédiées sont souvent plus riches, avec des fonctionnalités originales, mais nécessitent d’être développées pour chaque type appareil : iPhone, Android, Windows Phone, BlackBerry…

C’est le site humanite.fr, simplifié au possible pour permettre 
la lecture des articles sur petit écran, est allégé pour rendre 
la navigation la plus rapide possible. Il suffira de taper 
www.humanite.fr sur le navigateur de son téléphone, le site 
vous dirigera automatiquement vers sa version mobile. Idem 
si vous y accédez via Google ou tout autre moteur de recherche. 
La version mobile du site marche aussi pour les tablettes tactiles de type iPad.

Claude Baudry

15:59 Publié dans Actualités, Journal, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humanité, web | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |