Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2013

ACTUSe - VIDEO : CAHUZAC - APATHIE : L'AMOUR SERVILE


Le Billet de Sophia Aram par franceinter

Dans une chronique epoustouflante la chroniqueuse de France Inter, Sophia Aram décortique les rapports des journalistes à propos de l'affaire Cahuzac et en particulier l'attitude servile de Apathie.

 

APATHIE, JOURNALISTE SERVILE

sofia aram,apathie,cahuzacC'est une petit affaire dans la grande affaire. Pendant les quelques quatre mois d'enquêtes menées par Mediapart sur la fraude fiscale de Jérôme Cahuzac, le chroniqueur politique Jean-Michel Aphatie n'a cessé de remettre en cause les méthodes du site d'investigation, estimant que l'enquête n'était pas sérieuse et que le site se "substituait aux autorités judiciaires". Après les aveux de l'ancien ministre du budget mardi 2 avril, qui donnent raison au site fondé par Edwy Plenel, Jean-Michel Aphatie n'a exprimé aucun regret. "On m'accuse d'avoir défendu les puissants dans cette affaire, alors que j'ai défendu une conception du journalisme", se justifie-t-il dans une interview à Télérama.

"Je suis le seul kamikaze à m'être interrogé sur le travail de Mediapart, dont l'enquête publiée le 4 décembre était selon moi inaboutie", explique Jean-Michel Aphatie, qui officie sur Canal + et RTL. S'il reconnaît qu'il est "logique que tout le monde [lui] tombe dessus maintenant", le chroniqueur "estime que [sa] crédibilité n'est absolument pas remise en cause". Il admet avoir donné plus de crédit à la parole de Jérôme Cahuzac qu'à l'enquête de Mediapart, parce que "nos représentants publics ont une présomption de moralité". Mais "Jérôme Cahuzac est un menteur comme je n'en ai jamais vu" avoue Jean-Michel Aphatie.

 
 

Dans sa chronique quotidienne sur Canal +, l'éditorialiste a dû évidemment s'exprimer sur l'affaire Cahuzac. Face à Louis-Marie Horeau, rédacteur en chef du Canard Enchaîné, l'hebdomadaire qui a annoncé que l'ex-ministre était passé aux aveux, Jean-Michel Aphatie a évoqué "une crise dans un pays qui n'a pas confiance." "Voir un élu mentir au Parlement. C'est une crise morale. C'est une éclaboussure pour tout le monde", a-t-il conclu, avant de prédire "une élection partielle à Villeneuve-sur-Lot très vite". Pas un mot en revanche sur son conflit avec Mediapart.

Article publié par le journal Le Monde

11:51 Publié dans ACTUSe-Vidéos, Manipulation, Radio, Vidéo | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sofia aram, apathie, cahuzac | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |

17/03/2013

L'assourdissant silence des médias français sur la répression à Djibouti

djibouti-les-forces-francaises-ffdj-rehabilitent-l-ecole-de-dorra.jpgLes médias français se taisent-ils lorsqu’il s’agit de dénoncer la répression à Djibouti, cet Etat de la Corne de l’Afrique où la France a des intérêts, notamment en terme de défense, puisqu'elle accueille la plus grande base militaire française?

A l'occasion des élections législatives djiboutiennes de février 2013, trois grands connaisseurs de la région, l’écrivain Abourahman Waberi, lui même Djiboutien, le philosophe Dimitri Verdonick et Ali Deberkale, représentant auprès de l’Union européenne de l’USN, la coalition d’opposition djiboutienne, livrent une tribune qui critique l'absence de critique des médias français à l'égard du pouvoir djiboutien, publiée par le site La Règle du jeu.

A Djibouti, la répression et l'absence de liberté d’opposition et d’expression ne datent pas d’hier. Et les Djiboutiens sont encore loin d'être libres, nous disent les trois auteurs, contrairement à ce qui transparaît dans les médias français. C’est une déception car, en cette année électorale —des élections législatives ont eu lieu le 22 février 2013— le pays semblait, enfin, s’ouvrir au jeu démocratique:

«Pour la première fois depuis dix ans, les opposants réunis au sein d’une coalition inédite de six partis d’opposition- l’Union pour le Salut National (UNS)», avaient ainsi pris la décision historique de se présenter aux élections.

Pour la première fois aussi, l’opposant exilé en Belgique Daher Ahmed Farah, porte-parole de la coalition d'opposition, est rentré au bercail, conscient pourtant du risque pris. Il a depuis été arrêté. Et «de ce retour d’exil acclamé par la population djiboutienne, les médias français n’ont dit mot».

Une ouverture tout de même relative, puisque face à la mobilisation massive de la population et de l’opposition, «le régime a multiplié les provocations». Un écolier de 14 ans a ainsi trouvé la mort, tué par balles par les services secrets du président Ismaël Omar Guelleh, alors qu’il manifestait avec un groupe d’adolescents à la veille des élections législatives.

Peu de lecteurs de médias français savent que des élections viennent de se tenir à Djibouti. Et les rares informations relayées par les médias français sont loin de tout dire:

«Dès le lendemain des élections, reprenant en chœur une dépêche de l’AFP, certains médias ont annoncé – sans les interroger – les chiffres avancés par le régime et noté que les élections s’étaient déroulées dans le calme.»

«Aucun n’aura appris que l’opposition a proclamé sa propre victoire, ce qui ne revient pas du tout au même que de contester la victoire de son adversaire. Aucun n’aura été informé que, dès le lendemain des élections, le régime djiboutien a renoué avec ses bonnes vieilles habitudes, en arrêtant massivement les manifestants, en enfermant les plus gênants d’entre eux (300 personnes dont 37 femmes et un enfant à l’heure où nous écrivons ces lignes) et en tentant par tous les moyens de réduire au silence les voix de l’opposition politique assignée à résidence et de la contestation populaire d’une ampleur inédite à Djibouti»

«C’est ce qui se passe à Djibouti en période pré-électorale: des balles et du sang pour tous ceux qui réclament des élections libres, transparentes et équitables. ». C’est ce qui s’était déjà produit lors de la présidentielle d’avril 2011: plusieurs dizaines de jeunes manifestants avaient été tués, et des centaines d’arrestations et détentions arbitraires avaient eu lieu.

«Une fois encore, les grands médias français n’ont pas jugé intéressant d’interroger cette situation, malgré les intérêts de la France sur place» constatent les trois auteurs avec colère.

11:20 Publié dans Actualités, Eclairage, Informations, Manipulation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : djibouti, silence, médias | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |

12/03/2013

Hugo Chavez, le ministre et les médias

par Henri Maler, le 12 mars 2013

Il était une fois un ministre qui, le vendredi 8 mars 2013, interrogé par Europe 1 à l’occasion des obsèques d’Hugo Chavez crut bon de déclarer : « Moi je dis, et ça pourra m’être reproché, [...] que le monde gagnerait à avoir beaucoup de dictateurs comme Hugo Chavez puisqu’on prétend que c’est un dictateur. Il a pendant ces 14 ans respecté les droits de l’Homme. »

N’importe quel journaliste, passé ou non par les écoles reconnues par la profession, pouvait comprendre que le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, entendait ainsi contester qu’Hugo Chavez était un « dictateur », louer, ne serait-ce partiellement, sa politique et non faire l’éloge de sa « dictature ».

N’importe quel journaliste, mais pas nombre de médias parmi les plus réputés. Ceux-ci optèrent pour des titres, voire, pour certains d’entre eux, pour des commentaires, laissant entendre que c’est bien une dictature que saluait le ministre. Et cette fable bénéficia d’une remarquable circulation circulaire.

De dictature, sous la présidence d’Hugo Chavez, il n’y en eut point. L’hostilité au régime et au président du Venezuela dispose d’un répertoire de vocables suffisamment discutables (c’est-à-dire que l’on peut discuter, fût-ce âprement) – « populiste », démagogique », « autoritaire », « autocratique » – sans qu’il soit nécessaire d’évoquer une introuvable dictature. Mais qu’importe aux titreurs et commentateurs – dont certains ont peut-être un diplôme de science pipeaulogie : le ministre aurait bien loué une dictature en tant que telle. Échantillon





Et l’inénarrable Aphatie, toujours à la pointe du professionnalisme, ne put s’empêcher d’opposer la République à la dictature que le ministre aurait encensée en tant que dictature.

Et comme un raccourci ne va jamais seul, le ministre bénéficia d’autres coups de coup de ciseaux.

Laissons-lui la responsabilité de ce propos : « Toutes choses égales par ailleurs, Chavez c’est De Gaulle plus Léon Blum », dit comme ça, c’est pour le moins discutable. Supprimez « Toutes choses égales par ailleurs », il ne reste plus que « Chavez c’est De Gaulle plus Léon Blum », dit comme ça, c’est grotesque, voire pire.

On doit aussi au ministre l’affirmation (qui se passe de commentaires) selon laquelle Chavez était « tout mignon » dans son cercueil. Supprimez le cercueil, il ne reste plus que Chavez était « tout mignon ». Ce qui est improbable. Prêtez de surcroît au ministre le soutien à un dictateur comme tel, et vous obtenez ce titre halluciné (et hallucinant) d’un article de Rue 89.

Que l’on se comprenne bien : il ne s’agit ici ni de soutenir ni de condamner les propos d’un ministre, mais de constater, à partir de quelques faits d’apparence anodine, les tares d’une production de « l’actu » à flux tendu qui concourt à un consternant épisode de suivisme en chaîne.

Raccourcis et dilettantisme, concurrence moutonnière et circulation circulaire : le goût pour « ce qui fait polémique » (surtout sur des détails) et la recherche compulsive du « clic », du « buzz et du « clash » (avec le Lab d’Europe 1 en première ligne [1]) permettent de faire le plein avec du vide.

Et, en l’occurrence, cela tient lieu de débat, informé, documenté et pluraliste sur le Venezuela.

Henri Maler, Acrimed

Notes

[1] Comme l’a relevé à sa façon Daniel Schneidermann dans une chronique intitulée « Victorien Lunel, gibier de buzz ».

18:17 Publié dans Actualités, Eclairage, Manipulation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : acrimed, chavez, vénézuela, lurel | |  del.icio.us |  Imprimer | | Digg! Digg |  Facebook | |

10/03/2013

MEDIAS VENEZUELA : LE MONDE-L’HUMANITE : QUI MENT ?

hugo chavez,vénézuéla,médiasPratiquement le même jour deux articles ont été publié sur les médias au Vénézuela par le Monde et l’Humanité aux conclusions totalement différentes. Le journal le Monde reprend pratiquement mot pour mot la totalité de l’argumentation de l’association américaine Human Rights Watch (HRW) financée par les USA et dont les campagnes menées dans le monde sont partout très controversées tellement elles sont calquées sur la politique internationale des Etats Unis et justifie de manière systématique cette politique.

Le Monde oublie dans son article de préciser que Hugo Chavez et son gouvernement avait la quasi-totalité de la presse contre lui, 79 chaines de télévision sur 81, 706 radios sur 709, et la quasi-totalité de la Presse écrite. Petit oubli qui en dit long sur l’objectivité de ce journal qui depuis des années mène une véritable croisade, comme la quasi-totalité de la presse française, les partis politiques de droite, les Etats Unis, contre Hugo Chavez et sa politique.

La conclusion donnons là à Fidel Castro qui a déclaré : « Si vous voulez savoir qui était Chavez, regardez qui pleure sa disparition, et regardez qui s’en réjouissent, là vous aurez votre réponse ».

 A vous de juger

LE MONDE

Comment Chavez a utilisé les médias pendant sa présidence

Trois mois sans un mot, sans une apparition. La disparition publique du président venezuélien, Hugo Chavez, depuis le 8 décembre, constituait à elle seule un mauvais présage, qu'est venu confirmer l'annonce, mardi 5 mars, de la mort du "Comandante", dont les quatorze années à la tête du Vénézuela ont été vantées par une médiatisation sans commune mesure. Orateur hors pair, ayant un vrai sens du spectacle, le président Chavez a mis les médias au service du culte de sa personne.

L'Etat dispose de sept chaînes de télévision et de trois radios nationales que Chavez a mobilisées pour rallier le peuple venezuélien à sa "révolution bolivarienne" ou orchestrer un véritable show autour de sa santé, dès sa première hospitalisation en juin 2011. Lors de la campagne électorale pour sa réélection en 2012, après une absence due à son cancer de la zone pelvienne, le président Chavez a opéré un véritable matraquage médiatique, déjouant la régulation sur le temps d'antenne autorisé à chaque candidat en parlant en qualité de chef d'Etat.

MATRAQUAGE MÉDIATIQUE

Dans un rapport publié en août 2012, Reporters sans frontières critiquait ainsi la "confiscation de la parole publique, la perturbation volontaire de la programmation audiovisuelle" et une "forme de censure" représentées par les discours du président – les "cadenas" ("chaînes") imposées à l'ensemble des antennes, à tout moment et sans limite de durée. Entre son investiture en 1999 et le 3 février 2010, on enregistre 2 000 interventions de ce type, pour une durée équivalente à deux mois pleins sans interruption, sans compter le programme dominical Aló Presidente ("Allo Président") qu'animait M. Chavez.

Depuis la création de Alo Presidente, en mai 1999, le président Chavez a animé ce show hebdomadaire à rallonge au gré de ses humeurs, racontant des histoires, chantant des chansons, moquant ses ennemis ou annonçant des décisions politiques, comme la nationalisation de grandes compagnies. Ces monologues interminables, pouvant durer jusque six ou sept heures, ont donné leur lot de "moments-culte". "Tu es un âne, mister Danger", avait-il ainsi invectivé le président américain George W. Bush dans son émission du 19 mars 2006.

DES MÉDIAS MIS AU PAS

Amendes contre la chaîne Globovision pour avoir "suscité l'angoisse au sein de la population", fermeture de la plus ancienne chaîne privée, RCTV, réduction de la publicité privée : Hugo Chavez a mis les médias au pas. "Sous le régime Chavez, le gouvernement a étendu de manière spectaculaire ses moyens de contrôle des informations diffusées par les médias audiovisuels et la presse écrite du pays", pointe ainsi l'organisation Human Rights Watch (HRW).

L'organisation cite ainsi les lois qu'il a faites adopter pour élargir et durcir les sanctions pour la diffusion de propos "offensants" à l'égard des responsables du gouvernement, pour interdire la diffusion de messages susceptibles de "susciter l'anxiété au sein de la population" et permettre la suspension arbitraire de chaînes de télévision, de stations de radio et de sites Internet. Par cette politique, présentée comme nécessaire pour "démocratiser" les ondes dans le pays, "le gouvernement a abusé de sa compétence réglementaire pour intimider et censurer ses détracteurs", commente HRW.

Les chaînes de télévision gouvernementales sont passées de une à six, tandis que les chaînes privées critiques à l'égard du gouvernement étaient menacées. "Les sanctions et la censure imposées aux médias privés sous le régime Chavez ont eu un fort impact sur les organismes de radio ou de télévision et les journalistes (...) La crainte de représailles gouvernementales a fait de l'autocensure un grave problème", indique encore HRW.

DEUX CAS D'ÉCOLE : RCTV ET GLOBOVISION

La plus ancienne chaîne de télévision privée vénézuélienne, RCTV, en a fait les frais. Après avoir diffusé en novembre 2006 une séquence vidéo où le ministre de l'énergie vénézuélien disait aux employés de la compagnie pétrolière nationale que, s'ils ne soutenaient pas le président, ils devaient quitter leur travail, Chavez a prévenu publiquement RCTV et d'autres chaînes qu'elles pourraient perdre leur licence. Un mois plus tard, le président a décidé unilatéralement que RCTV ne serait plus "tolérée" sur les fréquences publiques dès l'année suivante. En mai 2007, RCTV a cessé d'émettre sur les fréquences ouvertes mais a continué sa diffusion sur le câble. Trois ans plus tard, il a également exclu RCTV du réseau câblé, en forçant les opérateurs de ce réseau à cesser de transmettre ses programmes.

Devenue la seule chaîne de télévision nationale critique à l'égard des politiques du régime, Globovision s'est dès lors retrouvée dans le viseur du régime. Sa couverture, en juin 2011, d'une émeute dans une prison, où des familles de détenus accusaient les forces de sécurité de les tuer, a été vilipendée par le président vénézuélien comme une tentative de "mettre le feu au pays... dans le seul but de renverser ce gouvernement".

Les pouvoirs publics ont rapidement lancé une enquête administrative sur le traitement de la violence par Globovision et, en octobre, ont décidé que la chaîne avait "encouragé à la haine pour des raisons politiques et engendré l'angoisse dans la population", exigeant une amende de 2,1 millions de dollars, soit 7,5% des revenus de la société en 2010. Actuellement, Globovision fait l'objet de sept autres enquêtes administratives.

 

L’HUMANITE

L’armada médiatique de la droite

Il avait contre lui la quasi-totalité des chaînes de télé, des radios, des journaux, et pourtant…

Hugo Chavez est parti. La maladie a eu raison d’un dirigeant que les médias, tant occidentaux que vénézuéliens, ont critiqué, raillé, moqué et accusé de tous les maux.

Au Venezuela, il avait contre lui la quasi-totalité des médias audiovisuels et de la presse écrite. Sur les 81 chaînes de télévision du pays, 79 sont privées et majoritairement aux mains de l’opposition.

Quatre d’entre elles, RCTV qui diffuse par le câble et par satellite, Globovision, Televen et Venevision, contrôlent pratiquement l’espace médiatique. Pire, ces médias télévisés avaient soutenu le putsch militaire du 11 avril 2002 contre Hugo Chavez.

Mieux, le patron de RCTV, Marcel Garnier, qui possède en plus 40 chaînes de télévision locales, et qui avait ouvertement soutenu le coup d’État, n’a pas été emprisonné : il est resté libre et a poursuivi son activité. Or, dans n’importe quel pays démocratique, il aurait été poursuivi en justice et condamné.

Poursuivons : sur les 709 radios du pays, 706 sont privées et majoritairement aux mains des opposants à Chavez. Enfin, tous les journaux sont privés, et les grands titres de la presse du pays El Universal et El Nacional, lesquels avaient également soutenu le coup d’État d’avril 2002 (sans être poursuivis), ainsi que la majorité des titres privés ont continué de tirer à boulets rouges contre le leader vénézuélien.

Malgré cette armada médiatique et en dépit de sa maladie, Chavez l’avait emporté en octobre dernier avec plus de 54 % des suffrages face à son rival de droite Henrique Capriles Radonski.

Enfant de la grande bourgeoisie vénézuélienne, encensé par les médias occidentaux, Capriles avait pourtant un passé de putschiste : en 2002, lors du coup d’État avorté contre Chavez, il s’était illustré en attaquant l’ambassade de Cuba et avait été condamné à cent dix-neuf jours de prison. C’est moins qu’un loubard de la banlieue parisienne.

Hassane Zerrouky